Peine de mort : l'OCVF écrit au Premier ministre Harper

lundi, 19 décembre 2011
  • Imprimer
  • E-mail

Le Très Honorable Stephen Harper
Premier ministre du Canada
Édifice Langevin
80, rue Wellington
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Monsieur le Premier ministre,

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté, le 18 décembre 2007, une résolution appelant tous les pays du monde à un moratoire sur la peine de mort. Dans la foulée de ce vote, l'Organisme catholique pour la vie et la famille invite le Gouvernement du Canada à reconsidérer sa décision de ne plus intervenir auprès de gouvernements étrangers lorsque des Canadiens sont condamnés à mort dans leurs pays.

À l'instar de la Conférence des évêques catholiques du Canada, nous croyons que « la vie et la dignité de chaque personne humaine doivent être respectées et protégées, sans exception ». S'il est vrai qu'il faut absolument préserver l'ordre public et protéger la société contre les agresseurs en punissant toute activité criminelle, nous avons désormais la possibilité de le faire par des moyens non létaux. Cela permet en même temps d'offrir au coupable aide et encouragement pour se corriger et possiblement devenir un citoyen productif.

Le recours à la peine capitale présente le danger réel de punir un innocent et risque de glisser vers l'assouvissement d'un désir de vengeance plutôt que de mettre en oeuvre la justice sociale. La récente résolution onusienne reflète bien l'aversion toujours plus répandue de l'opinion publique envers la peine de mort, ainsi que la conscience accrue de la valeur inhérente et de l'inviolabilité de toute vie humaine.

Les citoyens canadiens sont de plus en plus sensibles au respect des droits humains, à commencer par le droit à la vie. Or, la peine de mort est non seulement une négation évidente du droit à la vie, mais aussi un affront à la dignité humaine et, pour les chrétiens, un affront au principe évangélique du pardon.

C'est pourquoi nous espérons que vous reviendrez sur votre récente décision.

Sincèrement,

†Jean Gagnon
Évêque de Gaspé
Président du conseil d'administration