Commentaires sur le jugement rendu par la Cour suprême du Canada relativement à la peine de mort

mercredi, 14 février 2001
  • Imprimer
  • E-mail

L'Organisme catholique pour la vie et la famille accueille très favorablement la décision unanime de la Cour suprême du Canada stipulant que deux citoyens
canadiens accusés de meurtre ne peuvent être extradés pour subir un procès sans obtenir l'assurance de la part des autorités américaines que la peine de mort ne leur sera pas infligée.

Cette décision est une vigoureuse affirmation de la valeur fondamentale de la vie humaine et du grand soin avec lequel notre système juridique doit protéger la vie de tous, spécialement de celles et de ceux qui sont vulnérables, même s'ils ont été accusés des crimes les plus violents.

Par ce jugement, la Cour a également envoyé un puissant message à l'effet que la peine capitale est inacceptable en regard de la justice criminelle au Canada et à l'échelle internationale. En jugeant que la peine capitale est contraire aux principes de la justice fondamentale, la Cour a souligné qu'elle possédait un caractère définitif et irréversible, qu'elle a été qualifiée d'arbitraire, et que sa valeur dissuasive était douteuse. La Cour a également été très préoccupée de l'existence potentielle de condamnations erronées, particulièrement à la lumière de récentes expériences canadiennes révélant la faillibilité du système juridique dans plusieurs cas de condamnations pour meurtre qui se sont avérées erronées.

La vie humaine est un bien incommensurable. Chaque être humain, créé à l'image de Dieu possède une dignité et une valeur inestimable. La vie est le bien le plus précieux qu'il nous soit donné, et nous sommes tous responsables de l'aimer, de la respecter et de la protéger. Nous remercions la Cour suprême du Canada de le faire par le jugement d'aujourd'hui.